Retour à la page « Centre Paul Strauss »

Historique : Paul Strauss et dates clés

L’histoire du Centre Paul Strauss est écrite dans un ouvrage publié en octobre 2010, intitulée « La lutte contre le Cancer en Alsace : l’histoire du Centre Paul Strauss de 1923 à nos jours ».
Contact :
Service communication
Tél. 03 88 25 24 66

Au lendemain de la première guerre mondiale, les pouvoirs publics prennent conscience de la particularité de la maladie cancéreuse et de la nécessité d'organiser la lutte contre cette maladie en la prenant en charge de façon globale. C'est ainsi que naît l'idée de centres dédiés exclusivement à cette pathologie. Et c'est ainsi qu'est créé, dans la foulée, le Centre Paul Strauss.

1923, l'année de création 

Le 19 novembre 1923, le Centre Régional de Lutte contre le Cancer de Strasbourg est créé par Paul Strauss, ministre de l'Hygiène, l'Assistance et la Prévoyance sociales. Il prend son nom en reconnaissance de son rôle d'initiateur en matière de lutte contre le cancer. En effet, c'est à Paul Strauss que nous devons la circulaire du 25 novembre 1922 qui fixe les grands principes de fonctionnement des Centres.
Au départ, le Centre Paul Strauss est intégré aux Hospices civils de Strasbourg dont il partage les bâtiments de radiologie. Dirigé par le Dr Gunset, radiologue, Il ne compte alors qu'un service, le service de radiothérapie, mais il possède une installation exceptionnelle pour l'époque, une bombe à radium contenant une charge de 11 grammes.
 

 

1936, les premiers développements 

Un nouvel établissement est inauguré par le président de la république Albert Lebrun. On y installe l'administration, les laboratoires, un bloc opératoire et les salles de curiethérapie (utilisation du radium à des fins médicales) et de roentgenthérapie (radiothérapie conventionnelle par rayons x) qui bénéficient pour l'époque d'un équipement exceptionnel.
 

 

1945, la médecine nucléaire fait son entrée

En 1945, après les sombres heures de l'occupation nazie, le Professeur André Chevalier reprend en main, avec l'aide du Professeur Charles-Marie Gros, la direction du Centre. Il développe, à côté du service de radiothérapie, l'un des premiers services de médecine nucléaire en France.
Une ordonnance du Général de Gaulle, promulguée le 1er Octobre 1945, précise l'organisation pluridisciplinaire et les missions des centres français : dépistage, diagnostic et traitement des malades ; recherches en cancérologie et enseignement.
 

 

1959, le Centre emménage dans des locaux autonomes 

Le projet d'installer le Centre dans des locaux autonomes est conçu et réalisé entre 1952 et 1958. Le 13 juin 1959, l'actuel Centre Paul Strauss  est inauguré par Bernard Chenot, ministre de la Santé publique.
 

 

 

1965 à 1977, un nouveau service de médecine oncologique

En 1966, le Professeur Jean Kuntzmann, chef de service de chirurgie succède à André Chevalier à la tête de l'établissement. Il dote le Centre d'un laboratoire polyvalent de biologie. Il développe l'activité de radiothérapie et ouvre le service de médecine oncologique.
 

1977 à 1997, la radiothérapie publique Strasbourgeoise revient au Centre

Le Professeur. Gérard Methlin (1977-1997) a plusieurs réalisations à son actif : La restructuration complète de l'établissement, le transfert des activités radiothérapiques des Hôpitaux universitaires vers le Centre, la création d'un laboratoire de recherche en sont quelques exemples.
A cela, il faut rajouter l'opération Saturne. Menée en 1988, à l'initiative de Gérard Methlin, cette opération a permis de collecter une somme de 21 millions de francs pour l'achat d'un accélérateur de particules de haute performance et la réalisation d'une unité de radiothérapie per-opératoire. La mobilisation des Alsaciens (particuliers, associations, entreprises, collectivités locales, artistes, médias…), l'engagement et l'investissement de l'ensemble du personnel du Centre ont contribué au succès de cette opération.
 

1997 à 2004, équipements sophistiqués et humanisation

En septembre 1997, le Professeur Simon Schraub prend la direction du Centre. Il poursuit la modernisation des services médicaux et des plateaux techniques. Une équipe mobile de soins d'accompagnement est créée. L'humanisation de l'établissement se poursuit et l'information du patient devient un axe de développement stratégique. Pour guider et évaluer l'activité de recherche du Centre, un conseil scientifique, composé de personnalités scientifiques, est constitué et une unité de recherche clinique est créée.
 

2004 à 2014, constitution du Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) Institut Régional du Cancer

Le Professeur Patrick Dufour est nommé Directeur général du Centre Paul Strauss à compter du 1er avril 2004 par arrêté du Ministre de la Santé, de la famille et des personnes handicapées. Il favorise l'approche pluridisciplinaire par la création d'une plateforme de consultations centrale réunissant l'ensemble des médecins chirurgiens, radiothérapeutes, oncologues médicaux. Un Espace de Rencontres et d'Information ERI pour les patients et leurs proches est créé. Les soins de support se structurent avec la création d'un hôpital de jour dédié. Des investissements lourds sont engagés dans les différents plateaux techniques avec notamment l'acquisition d'une tomothérapie. Il initie le projet "institut régional du cancer" fruit de l'alliance du Centre Paul Strauss et des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg.

2011

Le Centre Paul Strauss et les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg font alliance pour créer à l’horizon 2018, l’Institut Régional du Cancer.


2014 à 2015, une unité de phases précoces

Le Professeur Pascal Piedbois est nommé directeur général du Centre Paul Strauss à compter du 1er avril 2014 pour une durée de cinq ans, par arrêté de Madame la Ministre des Affaires sociales et de la Santé, Madame Marisol Touraine. Il crée une unité de phases précoces en recherche clinique.

2015 à

Le Professeur Yacine Merrouche est nommé directeur général du Centre Paul Strauss à compter du 1er novembre 2015 pour une durée de cinq ans.


Paul Strauss, visionnaire et précurseur

Paul Strauss est né le 23 septembre 1852 à Ronchamp, petit bourg du département de la Haute Saône. Il s'est éteint le 22 février 1942, à 90 ans, dans sa retraite d'Hendaye.
Journaliste parlementaire renommé, Conseiller municipal de Paris et Conseiller général de la Seine, il est élu au Sénat en 1897 et y restera pendant près de 40 ans. Il concentre son activité dans le domaine de l'hygiène, de la prévoyance et de l'assistance, rapportant en particulier la loi sur le repos des accouchées désignée sous le nom de "Loi Paul Strauss".
 

De la réflexion à l'action

En janvier 1922, Paul Strauss devient ministre de l'Hygiène, de l'Assistance et de la Prévoyance sociales.

Le 9 mai suivant, il met en place la première Commission du cancer. On y relève la présence de personnalités scientifiques de premier plan comme, par exemple, Gustave Roussy, anatomopathologiste, Directeur de l'Institut du cancer de Villejuif, les prix Nobel Marie Curie et Henri Becquerel et l'inventeur du cinématographe Auguste Lumière.

Le 25 novembre 1922, il adresse à tous les préfets une circulaire qui fixe les grands principes de fonctionnement des Centres de lutte contre le cancer. Cette circulaire constitue la première réflexion sur les objectifs et l'organisation des Centres de lutte contre le cancer.

Enfin, le 30 mars 1924, un arrêté conjoint du Garde des Sceaux, du ministre de l'Instruction Publique et du ministre de l'Hygiène, de l'Assistance et de la Prévoyance Sociales, crée le Centre régional de lutte contre le cancer de Strasbourg qui prend le nom de Centre Paul Strauss, en témoignage de reconnaissance à un ministre de la Santé particulièrement clairvoyant en matière de lutte contre le cancer.