Retour à la page « Centre Paul Strauss »

Objectifs & projets

Institut Régional du Cancer → 2018

Le Centre Paul Strauss et les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg font alliance et créent l’Institut Régional du Cancer.

Grâce au regroupement de leurs expertises, de leurs compétences humaines et de leurs équipements au sein d’une même structure, l’Institut Régional du Cancer offrira aux patients une prise en charge parmi les meilleures en Europe, fondée sur la recherche et l’enseignement, piliers de l’excellence en cancérologie.

En cours de construction sur le site de Hautepierre, la mise en service du bâtiment est prévue en 2018.
L’architecture et les espaces du bâtiment IRC ont été étudiés de façon à accueillir les patients, leurs proches, les visiteurs dans les meilleures conditions. Patios, présences végétales, lumière du jour, terrasses généreuses
et aménagement hôtelier des chambres contribueront à la qualité de la prise en charge.




Première réalisation concrète de l’IRC : SON LABORATOIRE D’ONCOBIOLOGIE

Unique en Alsace, le laboratoire d’oncobiologie de l’IRC développe depuis quelques années des techniques de pointe qui permettent d’améliorer la prise en charge des patients dans le cadre du soin courant ou de protocoles de recherche cliniques.

Il réalise d’une part des tests de génétique constitutionnelle (ou héréditaire) qui apportent des informations sur le patrimoine génétique transmissible, présent dans toutes les cellules de l’organisme (recherche de mutation dans les gènes majeurs de prédisposition au cancer du sein, des ovaires, du côlon rectum, de l’endomètre, des voies excrétrices urinaires …). Il réalise d’autre part des tests qui informent sur l’état du génome des cellules tumorales (génétique somatique) et des tests qui permettent d’obtenir des informations sur la réponse à un traitement ou sur les risques d’effets secondaires (pharmacogénomique). 

Parmi les techniques récemment développées, le séquençage à haut débit permet d’identifier des mutations sur des biopsies tumorales ou des pièces opératoires et le PCR Digitale (en anglais appelé Digital polymerase chain reaction) permet la recherche et la quantification de ces mêmes mutations sur l’ADN relargué par les tumeurs dans la circulation sanguine, grâce à une simple prise de sang (également appelée « biopsie liquide »). 

Ces approches complémentaires sont aujourd’hui utilisées pour le diagnostic et le suivi des patients atteints de cancers et permettent d’améliorer l’accès aux traitements innovants et la réponse clinique à ces traitements.

Equipements

  • Deux appareils de séquençage d’ADN de nouvelle génération (NGS)
  • PCR digitale (en anglais Digital Polymerase Chain Reaction)
  • Financement : Centre de Lutte contre le cancer Paul Strauss / Hôpitaux Universitaires de Strasbourg / Comités du Bas-Rhin et Haut-Rhin de la Ligue contre le cancer / Cancéropôle Grand Est